Voici une mesure qui va réjouir les adeptes du zéro déchet et faire du bien à la planète. Je ne sais pas pour vous, mais moi je tente toujours de réparer un appareil avant de le changer. Pour aller dans ce sens, le ministère de la Transition écologique et solidaire a choisi de mettre en place, à partir du 1er janvier 2021, un "indice de réparabilité" qui va s'appliquer aux produits électroniques et aux électroménagers.

A quoi sert cet indice de réparabilité ?

Cet indice de réparabilité, fortement inspiré d’un indice créé par la Fnac / Darty pour les appareils mobiles, a été créé pour lutter contre l’obsolescence programmée. Le but de cette mesure est d’informer les consommateurs sur la facilité de réparation du produit qu’ils s’apprêtent à acheter. Avec cet indice, le gouvernement espère pousser les constructeurs d’électroménagers à améliorer la durée de vie de leurs produits.

Actuellement, seulement 40% des appareils en panne donne lieu à une réparation. L’objectif du gouvernement est de faire passer cet indice à 60% d’ici 5 ans.

Pour information, l’obsolescence programmée est considérée comme un délit passible de 2 ans de prison et de 300 000€ d’amende depuis 2015.

La secrétaire d’Etat a précisé que le but de cet indice de réparabilité est d’informer les consommateurs, mais également de pousser les fabricants à proposer des produits plus fiables.

Comment est calculé cet indice de réparabilité ?

Cet indice se matérialisera sous la forme d’une note sur 10 et sera calculé à partir de 5 critères.

La note de 1 sera attribuée à un produit très difficilement ou non réparable et le 10 sera décerné aux produits qui permettent une réparation très accessible.

Voici les 5 critères qui composent l’indice de réparabilité :

  1. la présence d’une notice précise et bien détaillée ;
  2. la disponibilité de pièces détachées ;
  3. le ratio entre le prix de l’appareil et la pièce de remplacement la plus coûteuse ;
  4. la facilité à démonter et à remonter le produit ;
  5. enfin le dernier critère sera optionnel : il s’agira de la présence d’un compteur pour comptabiliser les heures d’utilisation de l’appareil.

 

L’indice de réparabilité est une très bonne chose pour notre porte-monnaie mais également pour la planète, car privilégier la réparation est un geste éco-responsable. En effet, même si la majorité des équipements sont recyclables, certains de leurs composants sont tout de même très polluants et donc nuisibles à l’environnement. De plus le coût de recyclage d’un appareil électroménager coûte cher.

L’indice de réparabilité permet de pouvoir comparer des appareils sur 3 critères (au lieu de 2 précédemment) : le prix, les aspects techniques et maintenant la facilité de le réparer.

Prochaine étape : l’indice de durabilité

L’indice de réparabilité n’est qu’une première marche pour le gouvernement qui prévoit, en 2024, de mettre en place un indice encore plus complet : l’indice de durabilité. En plus des critères pris en compte pour l’indice de réparabilité, il prendra en compte le degré de fiabilité et la solidité du produit.

 

Vivement la mise en place de ces 2 indices qui devrait permettre de réduire les déchets électroniques et donc avoir un impact très positif pour notre planète. De plus, l’indice de réparabilité pourrait pousser les consommateurs vers des produits plus qualitatifs et donc potentiellement de fabrication française ou européenne.